Actualités.

pcr31 radioprotection
FOCUS sur un incident en cabinet dentaire
20/06/2019

« Les doses en cabinet dentaire sont faibles », « il n’y a pas de risque », « pffffff ! tu as mis tout ça en place pour la radioprotection toi ? » … Vous avez sans doute déjà entendu ses phrases.

Oui les doses efficaces sont faibles (mais pas les doses extrémités …), oui les dosimètres sont généralement négatifs comme ceux de la plupart des travailleurs mais il s’agit là de la conséquence de vos pratiques vertueuses et non à l’absence de risque.

Et oui, un dosimètre peut afficher de la dose, voire beaucoup de dose…

En Septembre 2018, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire nous a interpellés pour une dose de 20 mSv enregistrée en trois mois par un chirurgien-dentiste ….

Dans cette situation, il convient systématiquement de déclarer l’incident à l’Autorité de Sûreté Nucléaire et d’en rechercher les causes afin d’y remédier très rapidement. Les actions mises en œuvre par la suite doivent aussi être communiquées à l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

Dans le cas qui nous occupe, par chance, votre confrère venait de bénéficier du contrôle annuel de ses installations ; contrôle ayant conclu à l’absence de risque. Néanmoins, Hélène TOURNIER a contrôlé une seconde fois l’installation le lendemain de la réception de l’information préoccupante. A ce jour, l’installation radiologique étant hors de cause, la cause de cet incident demeure indéterminée.

Néanmoins, cet incident prouve que des expositions élevées demeurent possibles dans le domaine dentaire, qu’il est indispensable de contrôler régulièrement ses installations (et de positionner judicieusement les dosimètres d’ambiance afin de disposer d’informations entre les contrôles annuels) et d’être accompagné de professionnels du risque radiologique réactifs.

pcr31 radioprotection
Le risque Radon
18/06/2019

L’exposition au RADON est un enjeu de santé publique : le RADON est le second facteur des cancers bronchiques derrière le tabac.

Outre les obligations touchant les établissements accueillant du public et les bailleurs, l’employeur devra estimer l’exposition de ses travailleurs au seul RADON (exposition à reporter dans l’étude de risque) et déterminer la présence ou absence de zone RADON. 

Actuellement dans l’attente d’un texte réglementaire devant éclairer ces obligations, nous intégrerons ce risque à la gestion de la radioprotection dans vos cabinets et entreprises.

pcr31 radioprotection
C’est l’été : comment gérer la radioprotection des remplaçants ?
14/06/2019

Le remplaçant ou le collaborateur libéral est considéré comme entreprise extérieure intervenant dans vos locaux. Votre remplaçant ou collaborateur libéral est son propre employeur.

La fourniture des dosimètres personnels relèvent de la responsabilité du remplaçant/collaborateur libéral sauf accord avec l’entreprise accueillante. Nous vous rappelons que les dosimètres étant rattachés aux numéros de sécurité sociale, ils ne peuvent être « prêtés ».

De même, en tant que travailleur libéral, dans un monde réglementaire poussé, le collaborateur/remplaçant libéral devrait avoir une PCR.

Enfin, vous devez aussi signer un plan de prévention rappelant les risques et moyens de prévention à mettre en œuvre.

PCR31 vous fournit un plan de prévention concernant le risque radiologique et propose de mettre ses services gracieusement à disposition de vos collaborateurs le temps de leur présence dans votre cabinet dentaire. N’hésitez pas à nous contacter.

pcr31 radioprotection
Devenir de la PCR externe et Organisme Compétent en Radioprotection :
11/06/2019

Un décret du 4 juin 2018 (2018-437) modifie considérablement les conditions de l’organisation en radioprotection ainsi que les terminologies associées. Depuis on entend de nombreuses rumeurs … Pour ce qui est des entreprises (cabinets dentaires, vétérinaires, certaines industries …) faisant appel à des Personnes Compétentes en Radioprotection (PCR) externes, on peut résumer les changements de la manière qui suit :

1) Le chef d’établissement doit désigner un Conseiller en Radioprotection
2) Ce Conseiller en Radioprotection est soit une Personne Compétente en Radioprotection interne à l’établissement, soit un Organisme Compétent en Radioprotection.
3) Les Organismes Compétents en Radioprotection devront être certifiés par un organisme certificateur accrédité

Le décret est entré en vigueur au 1er Juillet 2018. Toutefois, jusqu’au 1er Juillet 2021, les missions de Conseiller en Radioprotection peuvent être confiés à la Personne Compétente en Radioprotection.

En résumé, la Personne Compétente en Radioprotection (PCR) externe devra, pour continuer à assumer ses missions, dépendre d’un Organisme Compétent en Radioprotection.

A aujourd’hui, personne ne peut prétendre être un Organisme Compétent en Radioprotection, l’arrêté actant du contenu de la certification n’étant pas paru.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de notre site. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.